A la  recherche du mieux-être :

Rencontre et développement de la communication avec le cheval

Comment agir sur nos pensées,  nos émotions en passant par une expérience corporelle partagée 

      

C'est quoi ?

L'équithérapie (appelée hippothérapie en Belgique)

Il s’agit d'un soin support, une thérapie complémentaire  «  fondée sur la présence du cheval comme médiateur thérapeutique et dispensée à une personne dans ses dimensions psychiques et corporelles » (Société Française d'Equithérapie).Qu’elle porte le nom de Thérapie avec le Cheval (TAC), de Rééducation par le cheval (RPC), de Psychologie assistée par l’équidé (PAE),…), il s’agit de prise en charge de la personne ou d’un groupe de personne où la progression équestre n'est pas un objectif ;  le but recherché vise le mieux-être visant  des améliorations sur le plan physique, psychique et relationnel.    

Elle est proposée par un équithérapeute, professionnel du soin et /ou de l'accompagnement ayant suivi une longue formation (diplôme d'état médico-social, paramédical ou médical + formations spécifiques équestres (niveau galop 6< + équitation éthologique) et thérapeutiques.
     
...


Pour qui ?

     

Pour toute personne en difficulté  durable ou passagère ou en recherche de progression personnelle. 

Séances  spécifiques proposées aux aidants familiaux. Séances de médiation parent/enfant facilité par les chevaux.

         

L’équithérapie  pour qui   

Voici une proposition de résumé  des  grandes catégories de difficultés bénéficiant d'une prise en charge en équithérapie en quatre grandes catégories + Contre indications : ...


Comment ?

     Cette prise en charge s’inscrit dans une démarche globale de soins.


 Elle et se veut complémentaire aux prises en charges habituelles médicales, psycho sociales  ou paramédicale . 

Les techniques équestres ne sont pas enseignées. 

L’équidé  assure une interface entre le patient et le thérapeute jouant un rôle d’intermédiaire. Véritable partenaire, il envoie, transmet et reçoit des  messages autant au thérapeute qu’aux participants. Il va amener le participant  à vivre des expériences corporelles, émotionnelles et relationnelles.

    Le cheval apparaît comme un partenaire thérapeutique ayant une forte symbolique, privilégié pour ses qualités de porteur, de nature curieuse et non jugeante.

Si les objectifs sont personnalisés, adaptés et évolutifs, ils favorisent l'écoute de ses sensations, l'expression de ses émotions, un travail psychomoteur spécifique en proposant de vivre l'expérience d'une relation apaisante, non jugeante, stimulante et très valorisante pour les participants.

  ...


Informations pratiques

Retrouver notre localisation, nos tarifs, nos moyens et les autres informations pratiques sur notre page dédiée.


Pourquoi développer nos perceptions immédiates

Pourquoi développer nos perceptions immédiates?

L 'intuition ,  une capacité de perception et de conscience.

Il s'agit d'une perception qui n'implique pas la déduction ni l 'interprétation. 

Dirigé par l'hémisphère droit de notre cerveau, (celui de la sensibilité la créativité, ... le côté gauche étant celui de l'analyse, la logique),  c'est une perception brute, une collecte d'information que fait notre cerveau par le mode de la pensée, en passant par les 5 sens. 

Percevoir, décoder de manière kinesthésique, par l 'odorat, la vue , ...

Cela consiste  à écouter et faire parler le ressenti  en prenant en compte de faibles signaux et mettre la lumière sur les détails.  

Cette approche s'appuie sur l' outil corporel, comme un bébé apprend en explorant son environnement avec son corps au travers de l information de  ses 5 sens). 

Ce n 'est pas de la magie, c'est une faculté que tout le monde peut explorer et développer 

L 'intuition ,  une faculté du cerveau à ne plus sous-estimer.... 


Le cheval au service de la thérapie du développement


  Ce qui est particulièrement intéressant en équithérapie,  c’est le fait que le  travail réalisé soit transférable au quotidien… Développer avec les chevaux  des compétences et des comportements qui seront utiles en dehors du cadre du  centre équestre (travail de généralisation, liens, …). 

L’équithérapie  propose une activité qui s’inscrit dans une globalité de prise en charge en  prenant en compte la discontinuité du développement:                                                                                                                             

         « Le  développement est comme un fil qui se plie et qui se tord »  Olivier Houdé


  • La remédiation cognitive en équithérapie :

Le  cadre équestre offre des stimulations  multiples et rares permettant un travail cognitif moins formel.

Le  cheval est reconnu comme :

- un  centre d’intérêt, centre d’attention il est vecteur d demande de suivi…. Il soutient l’attention 

- un  facilitateur/médiateur : il implique une relation dans l’ ici et maintenant

- un  être sensoriel : il  est donneur de sens concret

Le  cheval n’est pas un thérapeute, mais il représente un bon support, une  excellent prétexte. Il n’apporte rien de magique mais ouvre des opportunités  intéressantes, riches et inédites.

  ...


Qui sont les équithérapeutes?


Qui sont les équithérapeutes ?


   Derrière cette dénomination se cachent toutefois des profils et des parcours très divers : La grande majorité des équithérapeutes sont des professionnels médico-sociaux ou paramédicaux (éducateurs spécialisés, psychomotriciens, psychologues, orthophonistes, médecins rééducateurs, infirmiers, assistants sociaux, ergothérapeutes, moniteurs-éducateurs...), eux-mêmes cavaliers, et s'étant par la suite spécialisés en se formant à l'équithérapie pour intégrer la médiation équine à leurs techniques d’accompagnement de la personne.

 

...


Equithérapie et maladies chroniques

 

Le cheval, pour oser bouger dans un corps douloureux

Les maladies chroniques constituent aujourd'hui les pathologies dominantes dans nos sociétés.

Le Vieillissement de la population, les dégâts environnementaux, le rythme stressant de nos quotidiens mais aussi les progrès médicaux peuvent expliquer le nombre grandissant de maladies dites de longue durée ou les maladies chroniques. 

Leur prise en charge nécessite une médecine dans laquelle le rôle du patient apparaît essentiel, et un regard nouveaux, impliquant des formations spécifiques, pour les professionnels d'activités corporelles accueillant ces patients souffrants de douleurs chroniques.



Définition transversale de la maladie chronique  proposée par les auteurs du Plan  pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques 2007-2011 (Actes du séminaire préparatoire au plan visant à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques. Santé publique, qualité de vie et maladies chroniques : attentes des patients et des professionnels du 8 décembre 2004, Paris)

Les maladies chroniques sont caractérisée par :

  •  la présence d’un état pathologique de nature physique,psychologique ou cognitive, appelé à durer ;
  • une ancienneté minimale de trois mois, ou supposée telle ;
  •  un retentissement sur la vie quotidienne comportant tau moins l’un des trois éléments suivants :

       1- une limitation fonctionnelle des activités ou de la participation sociale,

      2-une dépendance vis-à-vis d’un médicament, d’un régime, d’une technologie médicale, d’un appareillage ou d’une assistance personnelle,

      3-la nécessité de soins médicaux ou paramédicaux,d’une aide psychologique, d’une adaptation, d’une surveillance ou d’une prévention particulière pouvant s’inscrire dans un parcours de soins médico-social.


 « La maladie chronique conduit à réaménager sa vie»  selon l’ex-chef de service de diabétologie de la Pitié-Salpêtrière André Grimaldi, un tiers de la population souffre de maladies chroniques.

Il faut relever un fait nouveau : certaines maladies  renvoyaient  auparavant à une maladie statique, sans espoir de guérison. Aujourd’hui, nous sommes dans un mouvement continu grâce à l'évolution de la recherche, des soins, l'espérance de vie qui augmente ; les maladies chroniques sont  évolutives  et les patients doivent apprendre à vivre avec !


                   

...


Hippothérapie

   

Qu’est-ce que l’hippothérapie ?


Rééducation neuromotrice facilitée par le cheval 

      

Si l’équithérapie est considérée comme un soin psychique, du champ des professionnels médico-sociaux et d'approche psychothérapeutique, l'hippothérapie concerne exclusivement la réadaptation neuro motrice où le cheval sera plutôt un outil de travail, partenaire de soin, incroyablement attachant et qui sollicite la motivation interne des patients sans qu’ils aient d’intention sur la mobilité du cheval et sans que des techniques équestres spécifiques soient enseignées.

   

  •  Les séances  d'Hippothérapie sont donc dispensées par un professionnel de santé, rééducateur  assisté d'un accompagnateur et d'un cheval médiateur spécialement entraîné pour répondre aux besoins particuliers de cette patientèle. L’accompagnateur sera le seul à avoir une action sur la mobilité du cheval, laissant l’hippothérapie interagir avec le patient porté. Chacun de ces intervenants a un rôle très important à jouer pour la sécurité et     le bon déroulement de la séance.


  •  En  hippothérapie, le professionnel de santé donne à vivre, grâce au mouvement tridimensionnel induit  par le cheval sur le bassin du patient, la reproduction du mouvement de marche de l'humain dans le but de favoriser l'amélioration d'incapacités chez une patientèle présentant des dysfonctions neuro-musculo-squelettiques. Le mouvement du cheval au pas, va permettre la stimulation de certaines connexions nerveuses qui ne sont plus stimulées si la personne (pour des raisons multiples et variées n'a pas l’expérience ou accès de la marche)

  •    La Biomécanique du cheval qui se transmet à la biomécanique du cavalier en douceur:

       

    Les chevaux d’hippothérapie sont soigneusement choisis en fonction de leur morphologie, de leurs allures (symétriques, cadencées, fluides) et de leur caractère, même si le comportement n’est pas le premier critère, ce sont toujours des chevaux calmes et patients.

     En hippothérapie, les chevaux sont principalement tenus à la tête ou maniés avec des longues rênes, ce qui assure une meilleure modulation de leurs pas, une plus grande droiture et donc une meilleure transmission de mouvements. Ce type de maniement exige un entraînement spécifique pour les chevaux…et des accompagnateurs. 

    Les patients sont habituellement montés sur un tapis pour favoriser la transmission du mouvement et de la chaleur du cheval et  cela favorise le placement dans diverses positions sur le cheval: Ils peuvent par exemple, être assis à califourchon, sur le côté ou à l’envers, couché à plat ventre ou sur le dos, en binôme avec le professionnel.  

  •    Le mouvement d' anté et rétro  version du bassin:   

     

La bonne installation du bassin est primordiale pour aller chercher le bénéfice du portage: lors de l'antéversion du bassin,  le dos se redresse peu à peu et permet le redressement total du cavalier par alignement des blocs successifs. Cela peut permettre aux enfants habituellement installés en coque, dans l’impossibilité de tenir droit de vivre ce mouvement en position dynamique et non statique.

  







  •  Les  objectifs spécifiques en hippothérapie
  •  

Ils sont déterminés par les équipes  selon les évaluations post prise en charge du patient. 

-Protection orthopédique des hanches

- Détente musculaire

-Travail de l'équilibration 

-Redressement postural

-Musculation

-Amélioration du schéma de marche

Ils visent à :  l’augmentation des amplitudes articulaires, l’amélioration du patron de  marche, la diminution des schèmes spastiques, l’amélioration de la stabilité de la ceinture scapulaire, l’amélioration des habiletés de motricité fine, l’amélioration des habiletés de communication et d’interaction sociale, une meilleure modulation des stimulations sensorielles, etc.
  

  • le Redressement postural en Rééducation motrice facilitée par le cheval 
  •  

1) redressement postural

Après l'installation du bassin on observe d'abord une détente musculaire puis un alignement des blocs et enfin, une détente générale du haut du corps et jambes et des manifestations d'expressions variées de contentement.

Attention, la bonne position du bassin est un pré requis indispensable aux apports bénéfiques de la mise à cheval !

Il faut compter plus plusieurs séances pour que la confiance s’installe, pour que la concentration et les gestes de chacun de se coordonnent. 

(Il est souvent préconisé de commencer par séance en biplace pour les enfants notamment en grande hypertonie ou hypotonie).

 2) maintient postural 

 Le redressement postural possible et acquis , il est alors envisager de travailler au niveau du tronc supérieur avec la notion d'équilibration dans le mouvement doux et régulier du pas du cheval: 

bassin / dos, tronc :alignement des blocs /au niveau des membres inférieurs et supérieurs 

   

       
  • La position à cheval met le bénéficiaire en sécurité . Le garrot du cheval = plot  d’abduction 
  •  
A califourchon à cheval, le cavalier se trouve naturellement  en  protection orthopédique. 

La personne habituellement assise fauteuil retrouve à cheval la fonction du le plot d’abduction de son siège moulé,  le plaisir en plus, avec la détente, la chaleur, les mouvements de la marche, les émotions associées !

    

Si les séances durent 1h en  général ou 1h30 pour un groupe de 3 -4 patients maximum, 

Le temps  à cheval durent 10 mn maximum au début. Ensuite, le temps est à évalué selon sa fatigabilité, mais ne dépassera jamais  20mn. 

   

Il est très important que le corps mémorise un bon schéma moteur et jamais de la douleur.